Sélectionner une page

C’est avec tristesse que les fédérations de Tarn-et-Garonne et de Haute-Garonne ont appris ce vendredi 1er février la disparition de René Magnani, à l’aube de sa 86ème année, fidèle militant de la cause nationale.
René Magnani fait partie des pionniers du Front National dans nos deux départements. Figure historique de notre mouvement dans le Frontonnais, il a été candidat sous la bannière frontiste à plusieurs reprises, sa première candidature pour le FN remontant aux cantonales de 1984. En 1992, il qualifiait le FN pour la première fois de son histoire dans un second tour d’une élection cantonale en Tarn-et-Garonne, sur le canton de Grisolles. En 2001, il menait la tête de liste du mouvement de Jean-Marie Le Pen à Montauban, hissant le parti au second tour face à Brigitte Barèges. René Magniani fut un temps secrétaire départemental adjoint aux côtés de Thierry Viallon et a figuré sur la liste des Régionales en 2010 pour le Tarn-et-Garonne. Patriote engagé pour l’Algérie française, il a également présidé le Front National des rapatriés de Tarn-et-Garonne, œuvrant au respect des droits pour les Pieds-Noirs et les Harkis.

Ne s’engageant plus dans le combat électoral, il ne ratait pour autant aucun évènement de nos fédérations, fréquentant assidument nos déjeuners-débats et nos réunions publiques dans lesquels il ne manquait jamais de prendre la parole.

Les fédérations de Tarn-et-Garonne et de Haute-Garonne s’associent à la douleur de la famille de René Magnani et réaffirment leur fierté d’avoir compté dans leurs rangs un militant dévoué, fidèle et courageux qui a porté nos couleurs dans une période et un territoire où revendiquer son appartenance du Front National n’était pas sans risques.

Merci René de nous avoir transmis ce flambeau tricolore qui n’est pas prêt de s’éteindre !